Un parent épuisé et harassé, devant un petit enfant qui refuse de manger… D’un coup, l’idée géniale ! « Broouum broum », fait le parent en faisant voler la cuillère et soudain, la situation se débloque. Faire l’avion pour faire sourire l’enfant et profiter de sa bouche ouverte pour lui faire avaler une cuillère supplémentaire ; lui donner un petit jouet pour qu’il occupe ses mains et enfourne machinalement les cuillères qu’on lui tend… Autant de manœuvres destinées à faire manger l’enfant alors qu’il en avait décidé autrement.

 

Stratégie payante lorsque l’enfant est très petit, mais beaucoup moins quand l’enfant grandit : en effet, on attend alors de lui qu’il se concentre sur ce qu’il mange. Cette concentration est importante, car elle lui permet de percevoir ses sensations de faim et de rassasiement. Ces indicateurs participent à la régulation de l’enfant et lui évitent de manger « sans y penser ».

 

En pratique :

Inciter l’enfant à manger lorsqu’il ne souhaite plus rien avaler, n’a pas d’intérêt particulier. En tant que parent, il ne faut pas avoir peur d’un enfant qui n’a pas faim. Dès le plus jeune âge, il sait exprimer ses besoins, et l’idéal, c’est de les respecter, de façon à ce qu’il puisse continuer à se faire confiance très longtemps.