Lorsque l’enfant est tout petit, il se régule spontanément en fonction de sa faim et de son rassasiement. Il crie lorsqu’il a besoin de manger ; il est rasséréné lorsqu’il a assez mangé. Le refus de manger n’a pas le même sens en fonction de l’âge de l’enfant :

  •  Chez le tout petit, le refus de manger peut traduire un inconfort physique et un lait qui est inadapté. Pensez aux reflux, qui gênent fortement le bébé. Si, après quelques examens, tout est fonctionnel, alors cela peut traduire une souffrance psychologique. Elle peut apparaître en cas de dépression de la maman ou de séparation d’avec la mère (deuil, abandon…). Le bébé manifeste ainsi sa souffrance. Il est nécessaire qu’il soit pris en charge par des équipes spécialisées.

 

  •  Au moment de la diversification, le bébé peut ne pas être prêt à aller vers de nouveaux aliments. Il a besoin de quelques jours ou quelques semaines supplémentaires. N’allez surtout pas au conflit avec l’enfant. Ecoutez-le pour aborder cette diversification au meilleur moment pour lui, et rassurez-vous : le lait maternel ou infantile couvre parfaitement ses besoins. Il n’y a pas d’urgence à diversifier.

 

  • Vers 8 mois, lorsqu’il réalise qu’il n’est pas sa maman et qu’elle peut partir, il développe parfois une anxiété : « la peur de l’abandon ». Ne pas manger est une bonne façon de retenir l’un des parents près de lui. Il convient de rassurer votre bébé sur le fait que, certes, vous partez, mais vous allez revenir. Ne le quittez jamais à son insu. Au contraire, signifiez bien que vous partez et donnez-lui l’heure de votre retour.