Réussir son adaptation en crèche ou chez la nounou

Réussir son adaptation en crèche ou chez la nounou


Catégories : Conseils puériculture , L’éveil de bébé

Réussir son adaptation en crèche ou chez la nounou

Nos conseils pour une rentrée en crèche ou chez la nounou, tout en douceur

L’entrée en crèche ou chez un(e) assistant(e) maternel(le) représente, tant pour les parents que pour les enfants, un moment intense et marquant pour toute famille. Après des mois de cocooning, voici venu le temps des premières séparations. Cette étape est essentielle dans le développement des bébés, qui n’ont pas vocation à vivre toute leur vie à vos côtés ! Elle l’est pour vous aussi, qui allez petit à petit reprendre votre travail. Pour que tout se passe bien, voici quelques conseils pour une adaptation réussie et épanouie.

La séparation, cette étape essentielle et PO-SI-TIVE

Commençons d’abord par le redire (ou le ré-écrire) : votre enfant devra quoi qu’il arrive acquérir son autonomie et faire in fine son chemin dans la vie. Vous ne serez pas toujours à ses côtés, et pour cela, il est essentiel qu’il développe des capacités sociales, qu’il se confronte à d’autres enfants, d’autres adultes et fasse ainsi sa nécessaire expérience de l’altérité. Et ce dès le plus jeune âge. Alors, à moins que vous n’ayez pour projet d’élever un ermite dans les bois (pourquoi pas), il est donc primordial d’intégrer que cette étape est pour lui positive, bénéfique et indispensable.

Bien se préparer en amont

Même si une période d’adaptation est prévue pour les premières journées ou semaines de l’entrée en crèche, rien n’empêche de se préparer en amont.

Faire l’expérience de la séparation

Rien de tel qu’un enfant qui a déjà fait l’expérience de la séparation pour bien préparer une entrée en crèche ou dans un environnement qu’il ne connaît pas. Pour cela, des petits jeux, tels que “caché-coucou” permettent aux bébés de prendre conscience en douceur de la séparation, et surtout de comprendre progressivement que lorsque vous disparaissez, vous finissez toujours par réapparaître.

Autre “exercice”, n’attendez pas que votre enfant soit trop grand pour expérimenter les premières séparations. Des grands-parents, des proches ou une baby-sitter de confiance peuvent garder votre enfant quelques heures, le temps d’un cinéma, d’une balade ou autre. Vous passerez du bon temps, votre enfant également.

Parler et expliquer

Verbaliser est essentiel, et ce à tous les âges. Que ce soit pour sa première rentrée en crèche, les suivantes après la pause estivale ou l’entrée en maternelle, n’hésitez pas à lui raconter pendant l’été tout ce qu’il va pouvoir découvrir, les copains et copines qu’il va pouvoir rencontrer ou retrouver, les jeux auxquels il va pouvoir participer, etc. Vous pourrez également lui donner des repères dans le temps, en exprimant un nombre de dodos, ou en lui expliquant que ce sera après les vacances…

Réussir l’adaptation

Prévoir une période d’adaptation

C’est la mesure la plus importante, qui garantira une adaptation progressive et douce. Celle-ci se déroule généralement sur une à deux semaines, en fonction des pratiques de la structure et de la disponibilité des parents. De plus en plus de spécialistes de la petite enfance estiment que plus cette période est longue, plus elle est efficace, permettant à l’enfant et aux parents d'appréhender la séparation en toute sérénité.

  • Jour 1 : vous découvrez en compagnie d’un(e) professionnel(le) de la crèche ou l’assistant(e) maternel(le) ce qui va être l’environnement quotidien de votre bébé pendant les deux à 3 prochaines années. C’est le moment pour vous de parler de votre bébé, de répondre aux questions du personnel encadrant.
  • Jour 2 et reste de la première semaine : vous et votre bébé allez pouvoir rester, une heure ou deux dans la salle avec les autres enfants, dans une posture d’observateur. L’idée est ici que l’enfant puisse commencer à s’acclimater à ce nouveau monde, découvrir les autres, simplement regarder autour de lui, tout en sentant votre présence à ses côtés.
  • Semaine 2 : les professionnels de la petite enfance prennent les choses en main, en fonction du rythme d’adaptation de l’enfant, mais vous vous effacez progressivement et n’hésitez pas à ne pas vous éterniser.
  • Dernier jour : votre bébé reste une matinée entière sur place, prend son repas et y fait une sieste. Vous n’êtes plus présent, et tout se passe très bien !

Au moment de partir

S’il ou elle pleure, cela ne veut pas dire que la journée va mal se passer. Pleurer quand son papa ou sa maman s’en va, c’est relativement normal et ça ne dure généralement pas longtemps (surtout si vous suivez tous ces conseils !). Les premiers jours, vous pourrez de toute façon passer un rapide coup de fil au personnel dans la matinée pour vous en assurer.

Le départ doit être fait simplement, ni trop rapidement ni avec trop d’émotions. Faites lui un bisou et un câlin avant de partir, sans trop en faire : quand vous lui dites au revoir, vous devez partir ! Donnez lui une indication sur votre retour avec des repères temporels simples tels que “après le goûter”, “un peu après la sieste”.

Échanger avec votre nounou ou les professionnels de la crèche

Faites des points réguliers avec toutes celles et ceux qui s’occupent de votre enfant, pour savoir comment cela se passe en votre absence, si et comment votre enfant socialise mais aussi pour leur faire part de son développement à la maison. Il est essentiel de créer un lien de confiance !

La check list des indispensables

  • N’oubliez pas la tétine (avec son accroche tétine…) s’il en a une
  • Un sac avec une tenue complète de rechange, éventuellement du Doliprane (accompagné d’une ordonnance)
  • Des vêtements simples et pratiques pour explorer son nouvel environnement
  • Le carnet de santé de l’enfant avec ses vaccins à jour (obligatoire en crèche).
  • Le doudou, essentiel pour permettre à votre enfant d’avoir un peu de sa maison avec lui.

Le doudou

C’est LA chose à ne pas oublier, si votre enfant en a un, qui lui permet de réaliser une transition douce, notamment par l’odeur, entre votre maison et ce nouveau monde extérieur. Véronique Girault Boisdon, fondatrice de Justes Inséparables, marque lyonnaise fabricant de doudous personnalisables et made in France nous livre quelques petits conseils. “Il est important de marquer le doudou au nom de votre enfant avec une étiquette thermocollante, afin que le personnel puisse rapidement l’identifier. Vous pouvez également l’amener dans un sac à doudou personnalisé, qui permettra de le ranger quand il n’en a pas besoin. Il est intéressant également d’en avoir plusieurs exemplaires, notamment en cas de perte. N’attendez pas pour cela de l’avoir égaré, car votre enfant risque de rejeter ce nouvel arrivant, trop propre, pas assez usé et sans odeur… L’idéal est donc d’alterner entre vos deux doudous, afin que votre enfant ne fasse pas la différence entre les deux. Cela vous permettra également, si vous le lavez (chacun son idée là-dessus !), d’en avoir toujours un à portée de main. Préférez pour cela des doudous plats, 100% cotons, qui sèchent rapidement. Un doudou, ça doit être pratique à emporter partout et à laver !

Photo by Daiga Ellaby on Unsplash

Partager ce contenu