La Pédagogie Montessori : à l’école et à la maison

La Pédagogie Montessori : à l’école et à la maison


Catégories : Conseils puériculture , L’éveil de bébé

La Pédagogie Montessori : à l’école et à la maison

La Pédagogie Montessori : est-ce bon pour mon enfant ?

« L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir ». Voilà en peu de mots le principe fondateur de la pédagogie Montessori. 

Pour vous faire votre propre opinion sur le bien-fondé de cette décision, nous vous résumons dans les grandes lignes les principes de cette philosophie de vie et d’éducation. La pédagogie Montessori : est-ce bon pour mon enfant ? C’est ce que vous apprendrez en lisant notre article.

Qui était le docteur Maria Montessori ?

Maria Montessori (1870 - 1952) fondatrice de la pédagogie Montessori est la première femme à avoir été admise à la faculté de médecine de Rome. En 1896, elle devient médecin (psychiatre de formation) et fait ses premières armes dans la clinique psychiatrique de l’Université de Rome. Là, elle côtoie des enfants porteurs de troubles psychiques parqués dans des salles communes sans objets ou jeux à manipuler, ni activités à accomplir. Une situation qu’elle dénonce en 1898 au Congrès Pédagogique de Turin en ces termes : « les enfants déficients (…) ont droit à tous les bienfaits de l’instruction. Nous devons permettre à ces malheureux de se réintégrer dans la société, de conquérir leur place et leur indépendance dans un monde civilisé retrouvant ainsi leur dignité d’être Humain. »

En 1907, elle fonde la première « Maison des Enfants » (Casa dei Bambini) dédiée à l’éducation et au développement des enfants de 3 à 6 ans d’un quartier défavorisé de Rome. C’est ici que Maria Montessori établit son « laboratoire de recherche ». Elle y construira sa méthode pédagogique fondée sur la liberté des enfants. Ceci implique le libre choix de l’activité, l’autodiscipline, le respect du rythme de chacun et l’apprentissage par l’expérience. 

De nos jours, plus de 20 000 écoles appliquent la pédagogie Montessori à travers le monde. 

Les piliers de la pédagogie Montessori

« Aide-moi à faire seul ». L’adulte ne doit pas faire preuve d’interventionnisme excessif. L’éducateur ou le parent doit accompagner l’enfant dans son apprentissage en le laissant découvrir à son rythme. Dans la pédagogie Montessori, l’éducation passe par l’incitation, jamais par l’ordre. L’adulte observe et écoute l’enfant pour mieux l'aider à se construire par lui-même et le guider vers l’autonomie.

Les périodes sensibles et le rythme dans la pédagogie Montessori

Pour un plein épanouissement du petit être en formation (l'embryon spirituel dans la philosophie Montessori), l’éducateur ou le parent doit respecter les différentes phases de développement de l’enfant. C’est ce que Maria Montessori appelle les périodes sensibles. Elle les classe en six catégories :

    • la période sensible du mouvement (de 18 mois à 4 ans) pendant laquelle l’enfant bouge, se déplace, exerce ses habiletés pour marcher ou développer sa motricité fine ; 

    • la période sensible du langage (de la naissance à 8 ans) durant laquelle l’enfant absorbe la langue qu’il entend autour de lui ;

    • la période sensible de l’ordre (de la naissance à 6 ans) au cours de laquelle l’enfant trie, classe et appréhende l’ordre extérieur (la place des objets, mais aussi les « routines » quotidiennes) ;

    • la période sensible des petits objets (de 12 mois à 3 ans) correspond à la phase où l’enfant accorde un intérêt accru aux détails des objets ; 

    • la période sensible du raffinement des perceptions sensorielles (de la naissance à 4 ans) permettant à l’enfant de toucher, goûter, sentir, regarder et entendre pour mieux comprendre son environnement ;

    • la période sensible du développement social (à partir de 24 mois) désignant l’étape du sentiment d’appartenance à un groupe. L’enfant observe et imite les personnes qui l’entourent.

L’enjeu réside ici à repérer ces périodes sensibles en suivant le propre tempo de l’enfant afin de l’encourager à déployer ses aptitudes au moment propice. En respectant le rythme de l'enfant, les acquis se feront naturellement. 

Pédagogie Montessori : la liberté va de pair avec l’autodiscipline

Dans le cadre de la pédagogie Montessori, l’initiative est laissée au bambin. L’adulte assiste l’enfant discrètement en l’incitant à se concentrer sur une activité et en lui offrant l’opportunité de se tromper, de s’auto corriger et de recommencer le geste ou l’action autant de fois qu’il en a besoin. L’enfant prend conscience de ses aptitudes et gagne en autonomie. En somme, le rôle du parent ou du professionnel consiste à aider le petit à faire seul. 

Dans une école Montessori, l’enfant est libre de s’asseoir à la place de son choix, de se déplacer dans la classe, d’opter pour l’activité ou les activités de son choix. Pour autant, l’enfant n’est pas livré à lui-même. Il évolue dans un cadre adapté, tant au niveau matériel qu’au niveau des repères et des limites. C’est ce que Maria Montessori désigne comme un environnement préparé, c’est-à-dire un environnement adapté aux besoins et au développement physique et psychologique de l’enfant. Dans ce lieu propice à l’épanouissement de l’enfant, l’adulte s’exprime à « faible volume » et invite les plus jeunes à parler moins bruyamment. Les meubles sont à la taille de l’enfant. Le matériel est facilement manipulable et accessible. Toutes ces « accommodations » visent indirectement une réponse positive et spontanée (autodisciplinée) de la part des enfants comme la participation au rangement ou au nettoyage des affaires. 

En clair, liberté et autodiscipline vont de pair si :

    • l’adulte se pose en guide bienveillant (et non en donneur d’ordres) fixant des repères et des limites facilement assimilables et raisonnables;

    • l’enfant évolue dans un environnement préparé ;

    • l’enfant dispose du libre choix de son activité ;

    • l’enfant n’est pas interrompu dans sa concentration ;

    • l’enfant est encouragé à s’auto corriger.

Le matériel utile pour expérimenter la pédagogie Montessori avec son enfant

Pour Maria Montessori, l'enfant est capable de mener ses expériences par lui-même. Pour y arriver, les parents ou les éducateurs doivent l’aider à développer son sens de l’observation et sa concentration. Le jeu et les activités manuelles peuvent favoriser son éveil et sa confiance en lui. À son propre rythme, l’enfant pourra expérimenter le monde qui l’entoure et progresser dans son raisonnement. 

Pour vous équiper, vous pouvez opter pour le matériel pédagogique Montessori ou vous servir de ce que vous avez sous la main afin d’organiser des ateliers maison ludiques et éducatifs. 

Le matériel Montessori pour chaque âge 

Selon l’âge et la période sensible de l’enfant, vous pourrez dénicher dans l’offre de jeux et jouets estampillés Montessori la perle rare dont vous avez besoin.

Au top 10 des activités Montessori, vous trouverez :

    • la balle de préhension (à partir de 3 mois) pour encourager la préhension et la coordination des gestes ;

    • la boîte de permanence d’objet (de la naissance à 1 an) permettant d’affiner la coordination œil-main ;

    • la boîte de couleurs en bois (à partir de 12 mois) pour exercer le sens chromatique ;

    • le cadre d’habillage (à partir de 18 mois) pour s’entraîner à s’habiller seul en améliorant la motricité fine ;

    • la tour rose (à partir de 24 mois) pour développer la discrimination visuelle et appréhender les objets en trois dimensions ;

    • l’escalier marron (à partir de 36 mois) pour construire sa pensée logique ;

    • les lettres rugueuses (à partir de 3 ans et demi) pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

Montessori à la maison : l’équipement pour faciliter le quotidien

Nous l’avons vu plus haut, la pédagogie Montessori est une philosophie de vie. Pour la mettre en pratique à la maison, il faudra vous équiper de meubles et d’accessoires spécifiquement adaptés à la taille et au stade de développement de l’enfant. Nous avons sélectionné quelques pistes pour vous aider à faire les bons choix. Voici notre liste :

     • des jouets d’éveil comme une arche de jeux avec mobiles suspendus ;

    • des étagères basses dans la chambre et dans la cuisine pour accéder librement aux affaires que l’enfant a le droit de manipuler ;

    • des accessoires de toilette sécurisés et faciles à utiliser comme une brosse à cheveux douce ;

    • des bavoirs protecteurs, ainsi que de la vaisselle et couverts pour bébé pour l’apprentissage de l’autonomie.

Partager ce contenu